Horaires de tonte

Les travaux d’entretien de propriétés à l’aide d’engins à moteur (tondeuses à gazon et autres engins motorisés de jardinage et de plein air) sont strictement réglementés par arrêté préfectoral du 16 octobre 2017.
 
Jours ouvrables : de 08h30 à 12h00 et de 14h30 à 20h00.
Samedis : de 09h00 à 12h00 et de 15h00 à 19h00.
Dimanches : de 10h00 à 12h00.

logo_tondeuse.png

Alerte Guêpes

logo_guepe.png

Pour la destruction des nids de guêpes, la mairie de  Villainville prend en charge 70 euros des dépenses engagées.
Contactez  "alloguêpes 76" , Matthieu  Dodelin au 06 27 75 96 55
Il neutralise les nids et les évacue s'ils sont accessibles. Il intervient rapidement.


Élagage des haies en bordure de voirie

L’élagage accompagne la vie de nos plantes et contribue également à préserver les fils électriques, téléphoniques et à faciliter le passage des véhicules de secours et des véhicules de service dont le camion benne des ordures ménagères.
Les  haies et les arbres qui donnent sur la voie publique ne doivent pas dépasser les bornes des propriétés.
Les branches dangereuses comme celles des acacias, des muriers... doivent être arrachées pour ne pas provoquer d'accidents, en particulier avec les cyclistes.
Elaguer les branches évite des empiètements sur talus des véhicules et permet de mieux dégager l’axe des chemins étroits, assurant ainsi plus de sécurité aux véhicules qui se croisent, voitures, deux roues, piétons et en particulier les randonneurs et enfants.
Nous en appelons au civisme de chacun pour que nous puissions tous circuler en sécurité et éviter ainsi des accidents tels ceux que nous avons déjà eu à déplorer.
Nous invitons donc ceux qui sont concernés à faire le nécessaire au plus tôt.
Il vous est également rappelé qu’afin de préserver la tranquillité de tous, il convient de respecter les horaires suivants pour l’utilisation des engins à moteur (tondeuses, tronçonneuses, débrousailleuses etc…)
Les jours ouvrables De 8h30 à 12h et de 14h à 19h
Les samedis de 9h à 12h et de 15h à 19h
Les dimanches et jours fériés de 10h à 12h

Nous vous remercions de votre coopération
Pour la Municipalité
Le Maire


Guide du compostage

En cliquant sur le lien ci-dessous vous accéder au guide du compostage:
Guide du compostage : ici


La bonne attitude pour le compostage

Compte rendu de la réunion sur le paillage et le compostage du vendredi 30/03/2018 à la maison du canton de Criquetôt l'Esneval animée par Ludovic Auger, maître composteur.
Quand le déchet vert devient ressource et est exploité
Le premier mot à retirer de notre vocabulaire est le mot propreté!
Il n'existe pas de mauvaises herbes mais des plantes indésirables!
Un élément très important est la récupération de l'eau de pluie et son stockage.
Le paillage, réduit de façon significative la consommation d'eau, limite le désherbage, supprime les engrais chimiques.
Les déchets de tonte de pelouse et de gazon, sont très riches en azote ( qui est immédiatement absorbé par les légumes ou les fleurs) et sont utilisables pour le paillage en particulier pour faire pousser les légumes racine (oignon...) et les légumes feuillage ( laitue, choux...). A utiliser aussi autour des hortensias (Les hortensias fabriquent leur sol avec leur feuillage, il ne faut donc pas enlever les feuilles qui tombent à leur pied) . En effet, les déchets de tonte de pelouse se désagrègent très vite et on peut en remettre régulièrement à la même place. Il est conseillé d'en mettre une petite épaisseur et qu'elle sèche, puis d'en remettre à l'occasion d'une autre tonte plutôt que d'en mettre trop épais au début et qu'il y ait pourrissement.
Plus on tond ras, plus il y aura de mousse, donc on tond moins ras! Ainsi, l'herbe qui poussera plus longtemps étouffera les pâquerettes et les pissenlits.
Paillage avec du carton que l' on le recouvre de feuilles d'arbre tombées
On peut passer les feuilles à la tondeuse.
Utilisez le carton qui est une matière carbonée en septembre/octobre comme vous le feriez avec une bâche plastique ; le carton se désagrège en trois ou quatre mois;
On passe une fourche à fouiller pour décomposer le sol, on enlève les indésirables en passant le croc.
On n'utilisera en aucune façon des journaux qui contiennent beaucoup d'encres polluantes.
Paillage sur buttes
On remonte légèrement la terre du jardin pour créer de petites buttes sur lesquelles on plantera et donc de petites rigoles qui serviront d'allées de jardin. On remplit les rigoles de 10/15 cm d'épaisseur de broyage de branches qui apporte du carbone, de fumier, de feuilles, de tonte de pelouse. Une fois qu'on a planté sur les buttes, on les recouvre avec le contenu des rigoles.
Non, à l'anti mousse
Ce sont les pluies acides qui amènes les fougères, les lichens, les lierres et les mousses. Pour s'en débarrasser utiliser trois ans de suite de la chaux.
Non au tue-limaces
Le broyage de paille , ou de la paille passée à la tondeuse arrêtera les limaces.
Le Ferramol, produit naturel est un produit qui peut être ingérer par les oiseaux et qui est un anti limaces par contre le métaldéïde est à proscrire.
La cendre de cheminée est bénéfique aux hostas et aux salades. A utiliser une fois par an, à la sortie de l'hiver après tamisage.
Le paillage avec des fougères est excellent contre les limaces.
Les carrés potager
Il est possible de fabriquer des carrés potager avec des planches de bardage traitées à l'huile de lin frémissante pour qu'elle rentre bien à cœur; il faut les fixer avec des chevrons en coin et des vis qui dépasseront d'une vingtaine de centimètres en hauteur pour pouvoir recouvrir le carré (pose de bouteilles à eau, voile d'ombrage...) ; pas de clous mais des vis.
Ne pas prévoir de fond au carré potager .
Par contre on prévoira un passage pour la tondeuse entre les carrés potager.
Permaculture sur butte
Elle est très intéressante pour les courgettes, les choux, la rhubarbe mais on la déconseille la culture des oignons, des petits pois, d'échalotes...
Tuteurage
Le petit grillage de carrelage peut servir de tuteur aux petits pois et pour tous les légumes à rames en général en le positionnant verticalement.
Il est possible de confectionner aussi des cylindres en grillage de mailles 5x5 pour les grimpants.
 
 
Tour à pommes de terre
On confectionne un cylindre de grillage d'environ 80 cm de diamètre; on met en bas 20cm de terre et on y plante les tubercules de pommes de terre en couronne vers l'extérieur, puis on ajoute une bonne épaisseur de compost et à nouveau 20 cm de terre dans laquelle on plantera les tubercules dans la partie centrale; d'où une production sur deux étages.
Culture en gouttière
Fixer des gouttières horizontalement sur un mur exposé au sud et y planter des fraisiers.
Gouttières et récupération d'eau
Installer un système de poteaux pour pouvoir accrocher des gouttières horizontalement et en décalé. La première en haut contre les poteaux, la seconde plus bas à 10 cm des poteaux etc....et installer des récupérateurs d'eau à l'extrémité; le système peut être monté des deux côtés des poteaux.
Cela permet de récolter de l'eau loin d'un robinet et d'un bâtiment.
Compost
On met dans un composteur, 50% de matière sèche: carbone et 50% de matière humide: azote. Un compost doit être couvert en permanence.
Dans un composteur, on remue les déchets que l'on met dessus , on les étale, on les mélange pour qu'il n'y ait pas de poches d'air qui se forment. On ne remue jamais le fond, seulement les nouveaux déchets. A chaque fois que l'on met des déchets on fait un apport d'eau.
Au bout d'un an on obtient une terre grasse, au bout d'un an et demi, du compost qui ressemble à du terreau. ( Le terreau lui serait constitué uniquement par des feuilles et du bois.)
Le compost remplace engrais et amendement. Au printemps on peut ajouter des orties non fleuries qui est un activateur de compost.
Dans un compost on peut mettre, toutes les épluchures de fruits et de légumes (Les agrumes sont admis en quantité limitée à cause des traitements contenant des métaux lourds qu'ils ont subis.),les coques, les noyaux, le petit cartonnage brun, les boîtes à œufs, les rouleaux de papier wc ou essuie-tout, boîte à fromage, les cendres de bois froides (après 72 h de refroidissement), marc de café avec le filtre, fleurs fanées non grainées, et sans racines. Ne pas mettre dans le compost les tontes de pelouse.


Une plante invasive...la renouée du japon !

renouee-du-japon.jpg

Une plante invasive présente à Villainville : la renouée du Japon
 
La renouée du japon ou « Fallopia japonica »  a été introduite en France au XIXème siècle comme plante ornementale et fourragère.
Vous l’avez certainement déjà vue sans vous douter de la férocité de cette plante invasive.
Sa capacité à se reproduire, à éliminer ses concurrents en font une ennemie de la biodiversité. Elle a développé une véritable stratégie de compétition envers les autres plantes :
la sécrétion de substances a été mis en évidence au niveau des racines de la plante qui font mourir les racines des plantes avoisinantes.
la densité des feuilles empêche tout développement d’autres plantes par manque de lumière
Sitôt installée dans un milieu propice, la renouée se développe rapidement et on aura toutes les peines du monde à l’en déloger, et cela pour plusieurs raisons :
Sa capacité à se reproduire de façon végétative (c’est à dire, sans floraison). Des tiges souterraines se développent en tout sens et portent des bourgeons dont la durée de vie est de 10 ans. Une fauche, un brûlis, sont par conséquent inefficaces.  Les bourgeons souterrains réapparaissent grâce à des organes de réserves. Seul un arrachage parfait, avec enlèvement de toutes les tiges souterraines , ce qui est quasi impossible, pourrait réussir à l’éliminer.
Sa production importante de graines
 
Cependant, on peut limiter sa propogation par une lutte :
Chimique : elle ne donne que des résultats à court terme
Par fauchage : La Renouée du Japon réagit à cette perturbation en augmentant les densités des tiges et en diminuant la hauteur et le diamètre des tiges. Les diminutions des hauteurs font suite à l’épuisement des réserves durant l’année entraînant une vitalité moindre de la plante. L’efficacité est accrue en augmentant le nombre de fauches dans l’année ce qui permettra d’épuiser les réserves de la plante, et en appliquant un certains nombre de mesures sur le site de fauche :
 lors des dégagements et des fauches, couper les tiges en dessous du premier noeud,
entasser les tiges sur le site même, pour limiter le transport et le risque de contaminationet sur une bâche pour éviter l’enracinement des branches
recouvrir le tas pour éviter toute dispersion par le vent
retourner le tas 2-3 semaines plus tard pour favoriser le séchage,
brûler dès que possible,
surveiller qu’aucun résidu ne s’enracine et , lorsque c’est le cas, l’extraire immédiatement.
 
L’élimination totale est quasiment impossible. On cite cette anecdote :
 
« A Merville, dans le nord, mon beau père a acquit une maison avec jardin en 1954. Cette maison avait été construite cette année là à l'emplacement de ruines d'un château démoli durant la 1ère guerre mondiale. La renouée du Japon s'y était installée et avait prospéré durant des dizaines d'années. En jardinier consciencieux, il arrachait systématiquement les pousses de renouée. Pourtant en 2009, l'année de son décès, des pousses de renouée étaient encore apparues dans son jardin potager cultivé soigneusement durant 55 ans. »
Elle est présente à Villainville; sur la première phot au carrefour de la route d'Etretat et de celle des Loges et sur la seconde à la sortie du village en allant vers Etretat.


Un nouvel employé communal !

image0000001.jpg


Un nouvel adjoint technique contractuel, Laurent Leplai a été embauché le 14 mars  dernier pour remplacer notre adjoint technique titulaire actuellement en congé de maladie.
Monsieur Leplai a tout de suite trouvé ses marques dans notre village. Il est chargé de l’entretien des espaces verts, du fleurissement, de la taille des haies et des arbres, de l’entretien de la voirie et du parking, de celui du cimetière et dans les bâtiments.  
Sur la photo, entouré de deux compagnons d’Emmaüs, il a remis d’anciens manuels scolaires de notre classe unique, au centre de Cauville-sur-Mer.